Choose your website

X
Choose

Questions

Réponses aux questions fréquentes sur l'auto-sondage intermittent:

Qu'est-ce que l’autosondage intermittent ?

L’autosondage intermittent est une méthode simple et douce qui consiste à vidanger la vessie en introduisant à intervalles répétés et déterminés une sonde à usage unique dans la vessie en passant par l'urètre.

Il permet de préserver intacte la fonction rénale. La fréquence de vidange vésicale correspond à peu près à la fréquence d'une personne ne souffrant d'aucune pathologie. Ce qui correspond à 4 à 6 fois par jour en fonction de la quantité de liquide absorbé. Les patients se basent sur leur besoin d'uriner quand ils ont cette sensation présente, sinon ils se basent sur le temps écoulé depuis la dernière vidange, en accord avec les recommandations émises par leur médecin.

Comment pratiquer l’autosondage intermittent ?

En principe, il faut pratiquer le sondage intermittent vésical de manière aseptique. Une méthode aseptique est préférable à une méthode hygiénique, surtout s'il s'agit d'une vessie lésée auparavant et paralysée. Aseptique signifie: utilisation de matériel stérile, désinfection de l'entrée de l'urètre, utilisation d'un gel lubrifiant stérile et introduction stérile de la sonde. On fait une différence entre l'hétéro-sondage (intermittent), fait par exemple par les parents, par des proches ou par le personnel soignant et l'auto-sondage, pratiqué directement par la personne concernée.

Comment une sonde idéale doit-elle être conçue ?

Les ouvertures à l'extrémité de la sonde (oeils de la sonde) doivent être arrondies et lisses pour éviter toutes lésions de l'urètre . Le diamètre de la sonde est compris entre 10 et 14 Charrière selon l'âge de l'utilisateur (1 Charrière = 0,3 mm, unité de mesure urologique). Une sonde ne doit être utilisée qu'une seule fois.

Pourquoi recommande-t-on l’autosondage intermittent ?

Le sondage intermittent est une méthode simple pour vider la vessie, doucement, sans exercer de pression, ce qui protège non seulement les reins mais réduit aussi la fréquence des infections urinaires. Contrairement à une intervention chirurgicale - en plus des risques associés à cet acte - qui crée en général des effets irréversibles, cette méthode de vidange de la vessie peut être abandonnée à tout moment. Pour les enfants, le sondage intermittent signifie souvent un gain de temps précieux jusqu'à ce que, en grandissant, ils puissent prendre leurs propres décisions quant à leurs corps. Grâce au sondage intermittent, les adultes peuvent vider leur vessie, jusqu'à ce que leur paralysie soit stabilisée et n'évolue plus, et qu'aucune atrophie de la paralysie ne puisse être observée. C'est seulement à ce moment-là qu'il faudra penser à une éventuelle intervention chirurgicale.

Combien de fois et quand doit-il être pratiqué ?

Tout dépend de la quantité quotidienne de liquide absorbé, plus précisément, de la quantité à éliminer par jour. En général, il est nécessaire de vider la vessie 4 à 6 fois par jour par sondage intermittent. Au début, le sondage peut être fixé en fonction de l'heure. Une sensation urgente de besoin d'uriner ne doit pas être retenue trop longtemps. Progressivement, l'expérience individuelle permettra de définir le moment idéal pour vider la vessie. Il convient d'éviter de dépasser des quantités d'urine de plus de 500 ml par vidange.

Quels sont les avantages l’autosondage intermittent ?

D'après l'expérience communiquée par un grand nombre de personnes concernées, le sondage intermittent est reconnu comme étant la meilleure façon de vider la vessie (à l'exception de l'évacuation normale des urines). Des dommages néphrétiques ou une augmentation d'infection des voies urinaires sont évités grâce à cette technique. D'ailleurs, le sondage intermittent est recommandé pour traiter des dommages néphrétiques existants ou en cas d'inflammation vésicale répétée. Si le sondage est pratiqué correctement, il n'y a pas de risque de lésion de l'urètre. En le pratiquant de façon aseptique et avec un gel lubrifiant désinfectant, il n'y a pas de risque élevé d'inflammations vésicales.